Premier épisode : un soulagement avec une faible visibilité !

Un pays divisé et une campagne faite de rebondissements. Les français ont enfin voté et porté au second tour Le Mouvement en Marche ainsi que le Front National. Le fait majeur de cette élection est tout d’abord l’absence des deux forces historiques le Parti Socialiste et Les Républicains. Les français ont donc choisi le changement.

Au cours de ces dernières semaines, les marchés financiers restaient prudents face à un scenario des deux extrêmes ; à n’en pas douter les investisseurs étrangers vont observer un soulagement lors de cet entre-deux tours, sans euphorie tout de même. Les valeurs françaises devraient bénéficier dans les prochains jours de flux entrants, tant les investisseurs étaient dans l’attente de ce résultat, en accord avec des chiffres macroéconomiques qui s’améliorent en Europe.

Cette élection comporte toutefois quatre tours ; le Nouveau Président pourra-t-il gouverner ? Obtiendra-t-il une majorité lors des élections législatives ? Notre pays arrivera-t-il à mener les réformes nécessaires ? autant de questions qui restent en suspens au lendemain de ce premier tour.

Quid de notre gestion en tenant compte de ce calendrier électoral chargé ?

Comme à notre habitude, nous avons observé une vision prudente à l’aube de ce premier tour. Sans nous départir de nos principales convictions, et en pleine période de publication de résultats des entreprises, nous avons choisi de couvrir une partie de nos portefeuilles sur le CAC40, l’Eurostoxx 50 ainsi que la dette française.

Notre surpondération française bénéficiera mécaniquement de ce regain d’attractivité à court terme. Nous allons donc nous réexposer, toutefois, au vu des résultats très serrés des quatre premiers candidats, les élections législatives constituent un risque d’immobilisme. Nous devrions donc bénéficier, sous réserve, de quelques semaines de soulagement et de détente du marché français et par capillarité du marché européen, nous obligeant à une vision purement tactique de la situation afin de vous faire bénéficier au mieux d’un rebond qui pourrait ne pas durer.

En amont de ces élections, et avec une vision plus stratégique, notre allocation a été progressivement réorientée en partie vers les pays émergents depuis le début de l’année afin de bénéficier des relèvements de prévisions de croissance mondiale.

A l’heure où nous vous écrivons, Arc Patrimoine est investi à 49% en actions (avec une exposition nette de 86.6% ) et exposé à 49% en actions dont 26% de valeurs françaises. Pour les autres classes d’actifs nous sommes investis à 19% en obligations (dont 8% de High Yield et une sensibilité moyenne de 2.30), 25% en diversifié et 7% de monétaire.

Nous reviendrons vers vous lors du second tour afin de vous communiquer l’évolution de notre stratégie.

Toute l’équipe de la Financière de l’Arc vous souhaite une bonne journée,