lettreinfo273

Dixième trimestre de hausse pour la création d’emplois en France !

Cela semble non seulement perdurer mais également les chiffres montrent une certaine accélération depuis le début de cette année. Le premier trimestre 2017 a accueilli 89 700 nouveaux postes, soit une augmentation de 0.4%. Sur un an elle est de 1.2%, soit plus de 284 000 emplois supplémentaires pourvus.

Parmi les indicateurs économiques, l’INSEE a confirmé que l’inflation a bien reculé en France au mois de mai. L’indice IPCH, permettant de comparer les niveaux d’inflation entre pays européens, a été de 0.9% en mai contre 1.4% en avril. L’augmentation du niveau général des prix est bien présente mais la pente s’adoucie. Nos voisins d’outre-Manche ne peuvent pas en dire autant. L’inflation britannique est au plus haut depuis 4 ans et a continué d’accélérer en mai : les prix ont augmenté de 2.9% en un an, en grande partie à cause de la chute de la livre depuis le référendum sur le Brexit. En revanche le chômage est en baisse de 4.6% sur la période février-mars-avril.

Pendant ce temps, les ministres des finances des Etats membres de la zone euro et le FMI par la voix de sa directrice Christine Lagarde, se sont réuni au Luxembourg et ont alloué une enveloppe de 8.5 Mds€ à la Grèce afin qu’elle puisse faire face à ses échéances de juillet, ce qui ouvre la voie notamment à l’allègement du fardeau de la dette qui pèse sur le pays. Malgré le sentiment d’austérité qui pèse sur la population grecque, le taux souverain retrouve son niveau de septembre 2014 à 5.8%, après un pic à près de 19.5% en juillet 2015. Le risque de défaut se restreint à mesure que la stabilité économique reprend pied, ce qui devrait réduire d’autant le caractère rigoriste de ces dernières années de politiques économiques.

Aux Etats-Unis les chiffres du budget de mai montrent une dégradation des finances du pays. Depuis le début de l’année le déficit s’est creusé de 28 Mds$ par rapport à l’année précédente, en partie dû au retard volontaire de paiement de l’impôt par les contribuables américains. En effet, ceux-ci espèrent voir les promesses de D. Trump se réaliser, et notamment, voir leur facture fiscale se réduire.

L’indice des prix à la consommation du département du travail américain a diminué de manière inattendue de 0.1% le mois dernier après une augmentation de 0.2% en avril. L’indice des prix sur un an est passé sous les 2% cible de la Réserve Fédérale américaine. Parallèlement, la production industrielle stagne en mai, bridée par la production manufacturière (-0.4% en mai) qui représente 70% de la production industrielle.

Sur le continent asiatique, la Chine fait l’objet d’un troisième relèvement de sa prévision de croissance de l’économie en un an de la part du FMI. Le taux de croissance est porté à 6.7% en raison notamment de l’investissement public et de l’expansion du crédit. Au premier trimestre, la croissance du PIB chinois a dépassé les attentes à 6.9%.