lettreinfo281

En attendant Godot…ou Jackson Hole !

Godot est, rappelons-le, cet homme qui ne viendra jamais alors qu’il avait promis aux deux vagabonds, Vladimir et Estragon, qu’il viendrait au rendez-vous sans qu’on sache précisément ce qu’il est censé leur apporter. Il représente un espoir de changement. Jackson Hole, ou ce « meeting of the minds », l’incarne aujourd’hui dans un contexte d’interrogations sur l’évolution des politiques monétaires. Les marchés attendent avec impatience les interventions de Janet Yellen, présidente de la Fed, et Mario Draghi, président de la BCE, même si aucune annonce spectaculaire n’est attendue.

Depuis la victoire de Donald Trump en novembre dernier, ces deux dernières semaines ont été marquées par l’escalade verbale entre Washington et Pyongyang et des turbulences politiques à répétition à la Maison Blanche. Le souffle est redescendu depuis entre les deux rivaux, Kim Jong-Un ayant suspendu son intention de lancer quatre missiles sur l’île américaine de Guam ce à quoi Donald Trump menaçait la capitale nord-coréenne d’une « mer de feu et de colère ». Si le marché obligataire a pu bénéficier dernièrement d’un regain d’aversion pour le risque sur fond de ces tensions géopolitiques, ce qui avait entraîné une détente des taux, la perspective d’annonces concernant une future normalisation monétaire aux Etats-Unis et en Europe a mis fin à ce mouvement.

Outre-Rhin, le ministre des finances, Wolfgang Schäuble, souhaite transformer le Mécanisme Européen de Stabilité, MES, en une version européenne du Fonds Monétaire International. Si la réforme évoquée à Berlin était mise en œuvre, le fonds d’urgence pourrait devenir en quelque sorte un budget commun à la zone euro, disponible pour financer des investissements dits « contracycliques » (relancer la croissance en période de récession).  Le gouvernement conservateur d’Angela Merkel reste opposé à l’idée d’emprunts mutualisés pour les pays de la zone euro, à l’opposé de Martin Schulz, candidat du Parti social-démocrate (SPD) à la chancellerie. L’idée d’un budget et d’un ministère des Finances communs est régulièrement évoquée dans le débat sur un renforcement de l’intégration européenne après la sortie du Royaume-Uni de l’UE prévue à partir de mars 2019.

A l’approche du Labor Day (premier lundi de septembre férié aux Etats-Unis, soit le 4 septembre), la saison des résultats touche enfin à sa fin. La Commission fédérale du commerce (FTC) a autorisé Amazon à acheter Whole Foods Market (460 magasins) pour 13,7 milliards de dollars (11,6 milliards d’euros). Le coup de maître de Jeff Bezos perturbe l’ensemble du secteur américain de la distribution alimentaire, déjà au bord d’une guerre des prix dévastatrice pour les marges. Wal-Mart (4700 magasins) contrôle 22% du marché national (700 milliards de dollars) mais est confronté à l’offensive des géants allemands du discount, Aldi et Lidl.  A Paris, Carrefour cède 2.06% ce jeudi, pénalisée par des avis défavorables d’analystes à quelques jours de la publication des résultats semestriels du distributeur.