lettreinfo306

Citius, fortius, altius !

 

Alors que les jeux olympiques animent l’actualité sous le signe d’une inconnue tant sportive que diplomatique, la Corée du Sud participe aux « jeux de la paix » dans une péninsule sous tension. De Wauquiez à Le Pen, la «trumpisation» du discours politique gagne du terrain en France sur fonds de rhétorique «anti-système», de rapport incertain à la vérité, de vision complotiste du monde ou encore de virulence du verbe.

 

Les marchés de Chine, Hong-Kong et des Etats-Unis étaient respectivement fermés pour célébrer le nouvel an chinois (année du chien) et le President’s Day. Les velléités de prises de risque et les volumes d’activité ont été limités. Après la pire période de sell-off en deux ans, le redressement des actions mondiales la semaine passée laissait les marchés perplexes dans un contexte de rendements des bons du Trésor américain 10 and proches de 3% et de perspectives de taux d’intérêt et d’inflation élevés.

 

La séance de lundi a surtout été réveillée par des vieux démons en Europe avec la nette dégradation de la dette italienne progressant de +6bp à l’approche des législatives locales.  Toutefois, cet épisode a été écarté au profit des «auction flooodgates» du Trésor américain (250 mds de dollars d’enchères américaines en 3 jours). Cela est considéré comme un appel supplémentaire à la prudence étant donné la fragilité du marché obligataire ces dernières semaines.

 

La saison des résultats battant son plein et étant plutôt encourageante malgré les récentes secousses sur les marchés, ceux de Wal-Mart ont été mal interprétés par les investisseurs à cause du ralentissement de la croissance de ses ventes en ligne pendant les fêtes (véritable baromètre face à Amazon). En une séance, le titre plonge de 10.18%. Une telle sanction, inédite depuis 30 ans pour la valeur américaine, réveille les craintes alors que le cauchemar de début février n’est toujours pas calmé. Néanmoins, même si le Dow Jones a interrompu sa série de 6  séances consécutives de hausse, le Nasdaq tient grâce à la bonne santé des semi-conducteurs qui peut s’expliquer par des couvertures de shorts (positions vendeuses) et un regain pour le risque alors que les FANG ont perdu 150 bp.

 

Les dernières minutes de la Fed n’ont pas réussi à rassurer les marchés qui s’inquiètent de la future politique monétaire de la Banque Centrale américaine. L’optimisme de l’institution de Philadelphie quant aux perspectives de croissance a ravivé les craintes de hausses de taux supplémentaires. La prudence relative sur l’inflation a bien été mise en avant mais les marchés l’interprètent comme un risque d’une politique beaucoup moins accommodante.