lettreinfo313

« Don’t shoot the messenger » conseille Shakespeare dans Henry IV.

Le projet Daphne occupe la scène médiatique européenne au sujet de l’assassinat d’une journaliste maltaise dénonçant les pratiques de la banque Pilatus, appartenant au régime azéri et faisant tête de pont en Europe aux deux familles les plus puissantes de la dictature d’Azerbaïdjan. La commercialisation de la citoyenneté maltaise, et donc européenne, auprès d’investisseurs désireux d’un passeport libre et avides d’avantages fiscaux, est pointée du doigt mais ignorée par Bruxelles qui vient d’ouvrir des négociations d’adhésion avec l’Albanie…

Les dernières prévisions d’économistes interrogés du 9 au 17 avril laissent à penser que les espoirs de la Maison blanche d’une croissance économique durablement supérieure à 3% aux Etats-Unis seront difficilement réalisables. Le risque d’un creusement du déficit budgétaire dans les années à venir est à considérer. Les risques protectionnistes étouffent le regain d’optimisme de début d’année. Depuis décembre 2015, la Fed a relevé ses taux en mars pour la sixième fois, et prédit deux relèvements supplémentaires d’ici la fin de l’année.

Du côté des métaux, les sanctions américaines contre la Russie continuent d’alimenter les craintes de tension sur l’offre mondiale. L’aluminium atteint son plus haut niveau depuis 2011 (+30% en deux semaines), le nickel évolue au plus haut depuis 2011 (+20% en deux semaines). Cet environnement favorise la remontée des rendements obligataires. Les bons du Trésor américain à deux ans sont au plus haut depuis 2008 à 2.4275% et le bund à 2 ans est à -0.537% au plus haut depuis mi-mars dernier.

Sur le marché des changes, le sterling a reculé suite au recul inattendu de l’inflation britannique en mars qui suscite des interrogations sur la hausse de taux attendue de la banque d’Angleterre le mois prochain.  Les chiffres de l’inflation britannique (2.742% en février vs 2.959% en janvier) ont fait baisser les rendements des gilts de deux ans, revenant sous 0.85% vs 0.88% avant publication. Au plus haut niveau depuis 1989, l’écart de rendement à deux ans entre les titres allemands et américains a atteint 300 bp.

Dans le cadre du troisième plan de sauvetage du pays, la Grèce a lancé un appel d’offre international pour la vente d’une participation majoritaire dans Hellenic Petroleum (numéro 3 du raffinage de pétrole en Europe sur la base d’une capitalisation boursière de 2.6 milliards d’euros). L’état grec (35.5%) et Paneuropean Oil and Industrial Holdings (45.5%) se sont engagés début avril à céder une participation commune d’au moins 50.1% de la société. Athènes a aussi relancé l’appel d’offre de Snam pour une participation majoritaire dans le réseau gazier DEFSA (66%) pour 86 mds euros. Un premier appel d’offres avait été conclu pour 400 mn euros en 2016 par Socar, une société d’Azerbaïdjan, mais l’affaire a tourné court.