lettreinfo323

« One flag, one land, one heart, one hand, one nation forevermore” A l’occasion de l’Independence Day (le 4 juillet), l’Amérique célèbre le 241° anniversaire de la déclaration d’indépendance des treize colonies d’Amérique vis-à-vis de la Couronne britannique. Plus que jamais, les mots d’Oliver Wendell Holmes résonnent en echo à la nouvelle campagne de Trump pour 2020 : Keep America great !

Au lendemain de l’Independence Day, les investisseurs semblent rassurés sur l’évolution du dossier commercial entre l’Europe et les Etats-Unis. Toutefois, les inquiétudes se cristallisent alors qu’ils doivent imposer des droits de douane sur 34 mds $ de produits chinois importés…La publication du compte-rendu de la dernière réunion de la politique monétaire de la Fed n’a pas empêché Wall Street de finir dans le vert même si l’institution de Philadelphie parle de récession et a dit craindre que les tensions commerciales internationales n’affectent une économie qui apparaît solide selon les « minutes » de la réunion des 12 et 13 juin derniers.

Le dossier commercial demeure central au cœur de l’échiquier politique. Angela Merkel a déclaré qu’elle soutiendrait le principe d’un abaissement des droits de douane européens sur l’automobile réclamé par les Etats-Unis qui menacent de relever leurs propres taxes sur les importations de voitures européennes.

Le début de semaine a été politique. Les investisseurs ont été rassurés par l’accord conclu en début de semaine entre Angela Merkel et Horst Seehofer, ministre de l’Intérieur, sur la politique migratoire allemande. Cela permet d’éviter une rupture entre la CDU, Union Chrétienne Démocrate, et la CSU, Union Chrétienne Sociale, deux des trois partis de la coalition au pouvoir. Leurs divergences ont menacé de faire éclater la majorité.

Accusant un repli de près de 4% face au dollar depuis mi-juin, le yuan se déprécie du fait de craintes d’un impact marqué de la montée du protectionnisme sur la croissance chinoise. La Banque populaire de Chine a assuré qu’elle surveillait l’évolution du yuan et qu’elle entendait lui assurer un niveau « stable » et « raisonnable ».  Le yuan onshore a fléchie en deçà de 6.7 par dollar mardi.

Enfin, sur fonds de relations tendues entre le Mexique et les Etats-Unis, notons qu’après avoir perdu 1.49% en réaction à la victoire historique de la gauche mexicaine à l’élection présidentielle, l’indice IPC de la bourse de Mexico se ressaisit cette semaine en progressant de +4.01%. Le peso suit la même tendance après avoir perdu 0.19% au lendemain de l’élection, puis se ressaisit en progressant de +3.31% sur la semaine. Andres Manuel Lopez Obrador, surnommé AMLO, cherche à séduire les partisans du nationalisme économique (gauche libérale et conservateurs sociaux) en promettant de combattre les inégalités et d’améliorer les salaires et la protection sociale tout en réduisant les dépenses budgétaires.