lettreinfo341

« Gridlock ! »

Donald Trump a perdu les pleins pouvoirs au Congrès en ce 6 novembre 2018 lors des élections de mi-mandat. Les démocrates ont ainsi conquis la Chambre des Représentants avec une courte majorité de 8 sièges (chiffre provisoire) et les républicains ont conservé le contrôle du Sénat de juste 1 voix. Cette situation n’est pas inédite dans l’histoire des Etats-Unis et est survenue deux fois depuis 1946. La première est en 1982, sous l’ère Reagan, et la seconde en 2018, sous la tutelle d’Obama. Ce contexte si particulier où chaque assemblée législative peut rejeter les propositions adverses, et donc se neutraliser, est qualifiée par nos confrères américains de « gridlock » ou de verrouillage. Dans les deux cas, les marchés boursiers ont réagi positivement respectivement de 4% et de 9% pour l’indice Standard&Poors dans les trois mois après le suffrage. La raison est sans doute l’absence de possibilité de grande réforme perturbante pour les investisseurs. Ces derniers espèrent maintenant que le charismatique locataire de la maison blanche signe l’armistice de la guerre commerciale après avoir célébrer celui de la première guerre mondiale en France ce week-end. Restons toutefois prudent sur ce sujet et attendons des faits concrets. Un tweet peut si vite arriver !

Sur le champ de bataille économique, la première puissance mondiale se distingue toujours du reste du monde. Le taux de chômage en octobre ressort à 3,7% avec un rythme de créations d’emplois non agricole toujours robuste (250 000 contre 200 000 attendus). Les salaires augmentent de 3,1% sur un an. Ce niveau ne permet aucune clémence de la FED. Cette dernière reste aux aguets pour éviter la surchauffe même si elle s’est abstenue en novembre. Les PMI des services et celui du composite affichent respectivement 54.8 et 54.9 et sont donc au-dessus du consensus. Le seul bémol est le secteur manufacturier où les PMI et les ISM ont légèrement déçu à 55,7 et 57,7.

Du côté du vieux continent et dans la zone euro, soulignons également l’amélioration en octobre des PMI composite et des services. Ils progressent à 53,7 contre 53,3 le mois précédent pour le premier et à 53,1 contre 52,7 pour le second. Le manufacturier est en revanche légèrement plus faible à 52 contre 52,1 espéré. Notons que ces données restent au-dessus de seuil de la récession (50) et les marchés nous semblent avoir surréagi en octobre par rapport aux fondamentaux.