lettreinfo349

Le plus long « shutdown » de l’histoire aux Etats-Unis ?

Depuis le 21 décembre dernier à minuit, un quart du gouvernement fédéral américain est fermé faute de financement. Cette situation dite de « shutdown » survient quand le congrès ne vote pas les lois budgétaires nécessaires. De facto, 800 000 fonctionnaires sont en chômage partiel tandis que les autres, au nom de la sécurité et de la santé des citoyens, maintiennent leur activité mais sans rémunération immédiate.  Si rien n’est fait d’ici la fin de ce week-end, ce sera la période de blocage la plus longue de l’histoire du pays. Le précédent record était de 21 jours de fermeture commencée en décembre 1995. Cet évènement peut donc, à terme, avoir des conséquences bien plus néfastes que les épisodes précédents où les employés de l’état avaient été payés dans les délais. Cette crise politique, voulue par Donald Trump principalement pour la construction de son mur anti-migrants, a débuté quand la totalité du congrès était aux mains des Républicains. Maintenant que la Chambre des Représentants est contrôlée par les Démocrates, ces manœuvres politiciennes peuvent se répéter plus souvent. En mars prochain, le plafond de la dette sera atteint. Faute d’accord pour un relèvement de celle-ci, le trésor ne pourra plus émettre de nouvelles obligations, donc ne plus rembourser ses dettes, provoquant potentiellement un défaut.

En attendant, un certain nombre de chiffres économiques aux Etats-Unis ne sont pas publiés car les agences concernées sont fermées. Parmi ceux diffusés, il faut souligner l’excellent chiffres de 312 000 emplois créés en décembre, soit le niveau le plus élevé depuis février 2018. Le taux de chômage a techniquement augmenté à 3,9% du fait d’un taux de participation de la population active plus important. Cela traduit une situation toujours robuste sur le plan domestique avec des salaires qui ont progressé de 3,2% sur un an. Les indices PMI Markit Composite et des services (qui représentent respectivement l’indice des directeurs d’achat de l’activité globale et des services), ont augmenté sur un mois pour s’établir tous les deux à 54,4. L’indice non manufacturier ISM a toutefois baissé à 57,6 contre 60,7 en novembre.

En Europe et plus particulièrement en Allemagne, en décembre, le nombre de chômeurs est également en baisse (-14 000) pour le 18ème mois consécutif. Toutefois, les PMI Markit des services et Composite sont en retrait (respectivement à 51,8 contre 52,5 et à 51,6 contre 52,2). La production industrielle se replie pour le 4ème mois consécutif et affiche une chute de 4,7% sur un an glissant. La guerre commerciale affecte particulièrement le poids lourd de la zone euro … ce qui laisse entrevoir des chiffres de croissance décevants pour le 4ème trimestre. Le tout en attendant, la semaine prochaine, le vote au parlement britannique portant sur l’accord des conditions d’un Brexit ordonné. C’est un enjeu important pour les marchés.