lettreinfo373

La semaine écoulée a été tout d’abord marquée par la publication des chiffres de création d’emplois aux Etats-Unis vendredi dernier, largement au-dessus des estimations, à 224.000 contre 160.000 attendus. Ces chiffres robustes ont immédiatement fait remonter les taux d’intérêt, obligeant les investisseurs à revoir leurs anticipations de baisse de taux par la Réserve Fédérale lors de sa prochaine réunion du 31 juillet. Les probabilités d’une baisse de 25 points de base sont légèrement redescendues suite à cette bonne nouvelle, mais sont rapidement remontées à 100% à la suite de l’audition de Jérôme Powell à la Chambre des représentants ce mercredi. Les propos du patron de la FED ont été relativement clairs : les inquiétudes liées au commerce international et le ralentissement mondial «continuent de peser sur les perspectives économiques aux Etats-Unis» et la Réserve Fédérale reste prête à «agir de manière appropriée» pour soutenir la croissance. La banque Morgan Stanley évoque même la probabilité d’une baisse de 50 points de base dès la fin du mois de juillet. Les indices américains ont battu de nouveaux records historiques, avec un Dow Jones dépassant le niveau de 27000 points, ce dont Donald Trump s’est immédiatement félicité sur Twitter.

Le président américain a repris également ses critiques envers les chinois dans le cadre du conflit commercial opposant les deux pays, en les accusant de ne pas acheter assez de produits agricoles comme le prévoit leur accord. Dans le même temps, les Etats-Unis annoncent une importante vente d’armes à Taïwan, ce qui a légèrement irrité la Chine qui considère l’île comme une partie intégrante de son territoire.  L’île est dirigée depuis 1945 par un régime rival qui s’y était réfugié après la prise du pouvoir par les communistes sur le continent en 1949, à l’issue de la guerre civile chinoise. En février dernier, la Chine avait protesté contre le passage d’un bâtiment américain dans le détroit, dénonçant une « provocation ». En avril, c’est un bâtiment français qui était pris à parti. Dès qu’un navire militaire étranger emprunte le détroit de Formose, la Chine émet une protestation. En début d’année, Xi Jinping avait proposé à Taiwan le même statut qu’à Hong-Kong. Mais les récentes manifestations à Hong-Kong pourraient pousser Taiwan à s’émanciper. Le président chinois souhaite la « réunification » et pourrait utiliser la force s’il le faut. Parmi les autres fait géopolitiques marquants de la semaine, on citera également la tentative par l’Iran d’empêcher le passage d’un pétrolier britannique dans le détroit d’Ormuz, repoussée par un navire de guerre de la Royal Navy.

Faute d’accord européen, la France a mis en place ce jeudi de manière unilatérale une taxe de 3% sur les activités françaises des grands groupes internationaux du numérique. L’optimisation fiscale des GAFA est souvent mise en avant, mais d’autres grands groupes de secteurs différents pratiquent volontiers l’exercice. Invoquant le « Trade Act » de 1974, le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, a annoncé l’ouverture d’une enquête à la demande du président Donald Trump. La France souhaite probablement ainsi montrer la voie afin de faire bouger les lignes, au-delà des 500 millions d’euros que rapporterait cette taxe. L’OCDE s’est saisie du dossier avec l’accord de 127 pays pour avancer sur la réforme de la fiscalité internationale, affaire à suivre…