Le marché est en train de modifier son scénario économique. Les investisseurs font preuve d’une certaine aversion au risque ces dernières semaines, en témoignent la forte baisse des taux longs, ainsi que celle des valeurs cycliques et des  financières, couplée à la hausse du dollar et du yen. Le niveau actuel des taux souverains à 10 ans (1,29% aux États-Unis et -0,43% en Allemagne) n’est pas compatible avec une croissance forte et une inflation bien au-dessus du seuil des 2%, comme celle enregistrée outre-Atlantique en juin à 5,4% sur un an glissant. Le marché obligataire est revenu en prix à ceux de février dernier, avant le dernier confinement en Europe. En toute logique, on peut conclure que les opérateurs anticipent des prochaines restrictions fortes liées à cette quatrième vague provoquée par le variant delta.

(…)

Analyse