Les banquiers centraux nous la promettaient transitoire en avril dernier, et voilà que l’inflation a encore accéléré en janvier, pour atteindre 7,5% sur un an glissant aux États-Unis. Ce chiffre, publié ce jeudi 10 février, donne le tournis et affolent les investisseurs. Il s’agit de la statistique la plus élevée depuis 40 ans (7,6 % en février 1982). Les vieux boursiers essaient de se remémorer un temps que les jeunes traders ne peuvent pas connaître. Soudain, le nom de Paul Volcker refait surface au plus profond de leurs cerveaux, tel un cauchemar. Ce président de la Fed reste célèbre pour avoir vaincu l’inflation et provoqué une récession à cause d’un mouvement brutal de hausses des taux directeurs de la banque centrale. À l’époque, la cible officielle de l’institution était de 15 %, après avoir connu 20 % au cours de l’été 1981 ! Quel est le scénario le plus plausible aujourd’hui ?

(…)

Analyse