C’est le début du mois de juillet et beaucoup d’investisseurs s’apprêtent à partir en vacances pour oublier les marchés financiers. Et pour cause, les actions mondiales et les obligations américaines ont connu leur pire premier semestre depuis 1974 en dollar, selon les indices MSCI World Total Return (-18%) et Bloomberg US Treasury Total Return Unhedged USD (-9.1%). Les actifs gagnants ont été le dollar (+8% contre l’euro), les matières premières et les actions du secteur de l’énergie. Parmi les grands perdants, on retrouve le Nasdaq qui signe le pire premier semestre de son histoire (-29% en dollar). La prudence est de mise, car les liquidités dans les portefeuilles sont au plus haut depuis plusieurs décennies. Elles resteront probablement au frais tout l’été, rangées précieusement à côté de la glace, car c’est le seul actif financier, dont on connaît aujourd’hui la valeur en septembre. Dans cette ambiance lourde, les marchés resteront volatils car ils ne sont pas en congés.

(…)

Analyse